Le Cantique des oiseaux (2016)

Compagnie le Théâtre de Nuit

 

“Et l’ombre disparût dans le Soleil, enfin !” Farid Od Dîn Attar.

Le Cantique des oiseaux, poème de Farid Od Dîn Attar, est le point de départ de la nouvelle création du Théâtre de Nuit.

Il est bien sûr question de théâtre d’ombres et de figures. Le lien à la danse et la voix s’affirme.

La magie du poème rencontre la magie de l’image et de la chorégraphie.

La parole sera multiple : Nous désirons partir de cette œuvre fondatrice pour tenter de découvrir une fonction du langage reliée à notre inconscient. Sa force émanerait en particulier de la manipulation directe de ces images archaïques par les corps en mouvement. Le décloisonnement des repères donne à voir le sens caché de choses simples et réelles. La danse pour jouer avec les notions de gravité, d’équilibre, les ombres pour prolonger ces jeux et vêtir le réel de sa part symbolique.

La pièce met en lumière nos zones d’ombres, nos aspirations au travers du voyage d’innombrables oiseaux vers un idéal, un être merveilleux : la Simorgh.
Seuls trente y parviennent et sont présentés comme exemple à suivre. La Simorgh n’est autre que leur propre reflet, dans tout le dénuement de leur être.

Est ce de l’ombre dont nous avons peur ou de la lumière ?

Les autres, ceux dont la trajectoire a dévié, sont-ils perdants ou participent-ils de la réalisation de cet état idéal ? Pourquoi alors ne seraient-ils pas eux aussi donnés en exemple ?

Une tension entre le cheminement vers l’idéal et la peur de ne pas y parvenir.
Dans leur périple initiatique, les oiseaux rencontrent fous, derviches et princesses d’aujourd’hui : autant de personnages attachants et humains, de figures et d’ombres qui reflètent le miroir de notre âme en quête de liberté absolue.
Les oiseaux rencontrent les humains, les corps rencontrent les âmes…
La tension devient confiance.

Aurélie Morin

More info

Advertisements